Accueil ] Plan ] Contact ] Livre d'or ]
Remonter ] Pic Carlit ] Rulhe ] La Gardelle ] Carlit 2000 ] Pic de Turguilla ] Etang bleu ] Dent d'Orlu ] Les Pessons ] Picot ] Ludines ] Soularac ] Bassies ] Garbet ] Pic de Bassiès ] [ Pic de la Rouge ]

 

Pic de la Rouge (2901m - octobre 2001)

orris de Labinas sur le chemin du pic de la RougePar une belle journée d'été, nous décidons de monter au pic de la Rouge. Nous montons en voiture jusqu'aux orris du Carla, après l'étang de Soulcem. Un orri est une construction propre à l'Ariège, c'est une sorte d'igloo où les blocs de glace seraient remplacés par des rochers. 

Les bergers les utilisaient comme des cabanes pour s'abriter. Nos sacs à dos sur le dos, notre bâton à la main, nous voilà partis. La journée s'annonce belle, mais pour l'instant, le soleil est encore caché derrière les montagnes et il fait froid ! 

Etang de RoumazetNous avançons donc assez vite pour nous réchauffer, en suivant la piste. Au bout de 10 minutes environ, nous la quittons pour prendre un sentier situé rive droite du ruisseau de Soulcem. C'est plus agréable que de suivre la piste . 

Nous arrivons à une petite cascade. Nous franchissons le ruisseau en passant sur un pont, et nous continuons vers la rive gauche . Le sentier passe dans les pâturages. Au loin, nous voyons des chevaux et des moutons. On aperçois également d'autres orris : les orris de Labinas. 

Peu de temps après, nous bifurquons sur la droite. Nous montons en lacets rencontrant parfois un ruisseau, le ruisseau de Roumazet. Nous arrivons sur un replat herbeux et nous apercevons encore des orris. Nous sommes à 2100 mètres d'altitude. Le sentier s'écarte du ruisseau. Sur notre gauche, nous apercevons l'étang de Roumazet. 

Col de Roumazet et Pic de la RougeNous irons le voir de plus prés au retour ; Nous continuons vers le sud en montant une sente assez raide, et nous arrivons sur un autre replat. Une halte s'impose car j'ai les jambes un peu fatiguées et il me faut reprendre des forces. Une fois restaurés et reposés, nous repartons . 

Le terrain change, nous marchons maintenant sur des dalles de granit. C'est un peu fatigant, car il faut se concentrer pour mettre les pieds aux bons endroits, en évitant les dalles qui bougent. Patapouf doit trouver aussi cela fatigant, car il doit sauter souvent. Nous arrivons au Port de Roumazet. 

Panorama vu du sommet du pic de la Rouge avec la Maladetta au fondComme il est un peu tard, nous décidons de nous arrêter pour déjeuner. Patapouf à l'air d'avoir soif cela fait déjà un moment que nous avons quitté le ruisseau. Papa descend jusqu'à un lac que l'on aperçois en contre- bas. Pendant ce temps, avec maman, nous regardons le paysage. J'aperçois un oiseau dans le ciel. 

On regarde avec la longue vue, et on reconnais un gypaète barbu. Super ! Papa revient, un peu déçu que Patapouf n'ai pas voulu boire , mais quand on lui dit qu'il y a un gypaète le sourire revient très vite. Bon, n'oublions pas notre objectif : le pic de la Rouge. Il nous reste encore à peu près 300 mètres pour y arriver. 

La montée se fait sur des fins éboulis, et c'est pénible. Mais nous savons que le paysage promet d'être grandiose. En effet, arrivés au sommet, un large panorama s'ouvre devant nous. Pour le retour, nous revenons par le même chemin avec une halte à l'étang de Roumazet dans lequel je me suis mouillée, en voulant attraper des poissons avec ma boîte à observer les insectes. Quelle idée me direz vous !

la sympathique rencontre d'un poulain de Mérens sur le chemin du retour


Accueil ] Remonter ]

 Pour toute question ou remarque concernant ce site Web, envoyez un email à
 Dernière modification : 27 novembre 2002  

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! Hit-Parade